L’amitié : un cadeau inestimable

Written by on 26 May 2016

« Comment allez-vous ? » : c’est une salutation, une question, qui est probablement répétée des millions de fois par jour. D’autres peuvent l’exprimer différemment, mais l’intention et le sens restent les mêmes. De telles expressions font tomber les barrières et invitent ou renforcent l’unité, ce qui conduit peut-être à une véritable amitié, ce que le cœur humain recherche. Il est vrai que les gens ont besoin des autres.

L’amitié est une chose que des milliards de dollars ne peuvent pas acheter. C’est un échange gratuit, un cadeau, un trésor à la disposition de tous ceux qui le recherchent activement, qui n’a pas de prix. Comme le dit le vieux proverbe : « La seule façon d’avoir un ami est d’en être un » ; ou encore : « Ce n’est pas que les diamants soient les meilleurs amis d’une fille, mais ce sont vos meilleurs amis qui sont vos diamants ».

J’ai la chance d’avoir des « diamants » qui vivent à proximité et aussi dans le monde entier, car la véritable amitié n’est pas limitée par la nationalité, la couleur ou la croyance. Au-delà de notre humanité et de quelques similitudes d’intérêts et de caractère, mes amis et moi, nous ne sommes pas identiques ; pourtant, il existe un lien entre nous. Je suis donc heureuse lorsque nous nous rencontrons ou que nous échangeons des courriels, des messages ou des lettres.

Les amis m’acceptent telle que je suis, ils arrivent à me faire sourire, à me faire rire. Parfois, nous partageons une profonde tristesse lorsque le voyage d’un ami commun sur cette terre se termine. Je reste souvent impressionnée par la perspicacité d’un ami. « Aucun homme n’est une île », comme le soulignait le poète chrétien John Donne en 1624. L’amitié peut dépasser les frontières et les limites, tout en donnant harmonie et bonheur, en enrichissant la vie et en reconnaissant la valeur de chaque personne.

Betty, qui vit en Nouvelle-Zélande, est une amie de longue date. Nous sommes allées ensemble à la maternelle, à l’école primaire et au collège, aux campings de Girls Life Brigade et à l’église. Maintenant, nous parlons surtout de livres que nous avons lus. Betty n’est pas seulement une de mes « connaissances », ces gens que nous respectons mais dont nous pouvons nous passer, avec lesquels il n’y a pas de véritable relation. Non, elle fait partie de mon être.

Nell, originaire de Tasmanie, est une amie et une confidente depuis 70 ans. Sur mon bureau, il y a une carte de sa part qui dit : « Quel que soit ce qui remplit les âmes, la mienne et la tienne sont pareilles ». La carte représente deux jeunes filles qui font des acrobaties. C’est nous, (métaphoriquement !), qui nous frayons un chemin dans la vie, à travers tous les défis auxquels nous sommes confrontées.

Mie Mie est née au Myanmar, a étudié en Thaïlande et, bien que sa langue maternelle ne soit pas l’anglais, a obtenu une maîtrise en Grande-Bretagne. Je n’ai jamais connu quelqu’un qui travaille et étudie avec autant de diligence, capable de valoriser le temps et d’apprécier autant la gentillesse. Bien que notre amitié ait commencé lorsque j’étais son enseignante il y a environ 18 ans, sa maturité m’offre des enseignements à retenir.

Joan vit aux États-Unis, tout comme Suhas, sa sœur, et sa femme, Mary, originaire d’Inde. Nous partageons un passé commun, ce qui est souvent à l’origine d’amitiés durables.

« Rien ne rend le monde si spacieux que d’avoir des amis lointains ; ce sont eux qui forment les latitudes et les longitudes », a écrit Henry David Thoreau, poète et philosophe du XIXe siècle.

Je n’ai pas mentionné les amis de mon petit village, Dorset, ici au Royaume-Uni, mais deux d’entre eux vivent dans de traditionnelles chaumières anglaises. Pendant une semaine de neige, en hiver, ils sont venus habillés de bottes en caoutchouc, nous apporter de la soupe, du pain et des sourires. L’un va à l’église, l’autre non, mais ils ont tous deux une place spéciale dans mon cœur.

Une véritable amitié peut commencer par une poignée de main, un regard de compréhension, un besoin personnel, une conversation que vous n’oublierez jamais, une blague partagée ou un moment sérieux. La véritable amitié, cependant, est toujours une autoroute à double sens. Je donne, mon ami reçoit, et vice versa. Il faut de la générosité d’esprit, de la persévérance et de la fidélité. Nous nous aidons mutuellement à grandir en tant que personnes.

> Lire “Aurez-vous des amis dans le ciel ?”

Au moment où j’écris, j’ai une énorme pile de pages à côté de moi, tous les courriels adressés à mon mari lorsqu’il souffrait d’une maladie en phase terminale qui a nécessité cinq ans de soins en maison de retraite et de soins palliatifs. Il a reçu au moins 250 de ces messages d’encouragement de son ami de longue date, qui n’a guère manqué ce rendez-vous hebdomadaire. Il s’agissait de messages basés sur la Bible qui parlaient au cœur de John. En voici quelques-uns :

« N’aie pas peur, car je suis moi-même avec toi. Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu. Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens par ma main droite, la main de la justice » (Esaïe 41.10).

« C’est dans le calme et la confiance que sera votre force » (Esaïe 30.15).

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu » (Apocalypse 21.4). L’ami a ajouté : « Et Marye et John seront là », me soutenant ainsi également. Il a même écrit : « Dis à John que tous ses souvenirs m’encouragent. Il a été et est encore une grande bénédiction pour moi, je l’aime ».

Un autre jour, il a écrit à John : « Je pense souvent à toi et je prie pour toi ; comme j’aimerais pouvoir vivre plus près de toi et marcher avec toi ou m’asseoir avec toi. Je t’aime, mon cher ami. Combien plus Celui dont le nom est amour. Je suis toujours ton ami et ton frère ». C’était en effet un ami, qui, lorsqu’il nous rendait visite, s’allongeait sur le lit à côté de mon mari, comme pour partager sa souffrance.

Le livre des Proverbes dit que « Celui qui a beaucoup de compagnons les a pour son malheur, mais il y a des amis plus attachés que des frères » (Proverbes 18.24), un verset qui peut aussi être lu au féminin. Celui qui aspire à se rapprocher du cœur humain que quiconque est celui qui est venu sur terre pour révéler à tous ce qu’est Dieu, qui est mort pour sauver les pécheurs de la mort éternelle, se mettant à leur place comme un ami.

Quand j’étais une petite fille, je chantais : « Jésus, ami des enfants, sois mon ami. Prends ma main et conduis-moi toujours près de Toi ». Aujourd’hui, je chante : « Grâce infinie de notre Dieu qui a jour m’a sauvée ! J’étais perdue, errant de lieu en lieu, lorsqu’il m’a retrouvée ». Il y a quelques années, les cornemuses écossaises ont rendu cette chanson célèbre dans le monde entier. Dans mon esprit, j’entends encore la mélodie de ces instruments, qui résonnent comme la tristesse que notre monde connaît actuellement, alors que la peur et le terrorisme augment.

La Bible nous rappelle que « l’amour parfait chasse la peur » (1 Jean 4.18). Lorsque nous n’avons pas peur, il est facile de se faire des amis, et la véritable amitié avec Dieu surpasse les autres. C’est une amitié que je souhaite partager avec tout le monde, une amitié inestimable.

De Marye Trim, écrivaine passionnée qui a vécu et travaillé dans de nombreux pays du monde. Elle vit actuellement à Dorset, au Royaume-Uni.

Source : https://signsofthetimes.org.au/2019/11/friendship-a-priceless-gift/
Traduction : Tiziana Calà


Espoir Radio CH

Current track

Title

Artist